Habitair - Qualité d'air, dégât d'eau


Dégât d’eau

Pour évitez ce genre de désastre fréquent et très onéreux, assurez-vous que votre bâtiment est en bon état. Ces dégâts d’eau peuvent provenir de multiples sources, par exemple : un toit qui coule, une fondation fissurée, un bris ou un gel de la plomberie, un défaut de plomberie, un incendie, une inondation, un refoulement, des ouvertures dans le revêtement extérieur, etc… Consultez chaque corps de métier adéquat pour chaque système.

Un refoulement peut facilement couter plusieurs dizaines de milliers de dollars en dommage et engendrer des risques pour votre santé. Pour empêcher les refoulements d’eau souillée dans votre maison, plusieurs bâtiments devraient absolument avoir des clapets anti-retour. Consultez toujours votre municipalité et un plombier recommandé par CMMTQ pour le savoir. Les 16 arrondissements de Montréal l’exigent. Vous paierez peut-être un montant pour en être informé, mais vous économiserez gros en évitant un désastre potentiel. Comme ces clapets anti-retour sont sujets à des disfonctionnements, certains plombiers en installe plus d’un et recommande un entretien périodique. Assurez-vous aussi que votre drain de plancher ou puisard sont fonctionnelles, accessibles et au plus bas point pour drainer l’eau en cas de dégât. Assurez-vous que l’eau du chauffe-eau sera évacuée/drainée en cas de fuite. En gros, comme il y a plusieurs systèmes à vérifier demandez à un plombier qualifié et recommandé par CMMTQ de réparer toute problématique, disfonctionnement et malfaçons de manière adéquate selon les exigences de la municipalité, des assurances et du code du bâtiment.

En effet, les dégâts d’eau coûtent chers. Plus vous attendez avant de réagir, plus la facture sera dispendieuse et plus vous risquez la contamination. Les coûts peuvent augmenter rapidement. (Par exemple : dans un cas où l’eau serait propre, la moisissure commencerait à croitre après ~ 48 heures. C’est pour cette raison qu’on devrait assécher complètement le bâtiment en deçà de ce délai. Après ce délai, il faudra probablement enlever les murs et possiblement d’autres composantes puis les remplacer). Bien sur, l’art d’assécher un bâtiment est très compliqué et requiert beaucoup de connaissance. Cet art ne peut pas se résumer en deux lignes. C’est pour cette raison que des programmes de formation ont été mis en place. L’IICRC (The Institute of Inspection, Cleaning and Restoration Certification) offre des formations basées sur un standard Nord-Américain. La formation pour les dégâts d’eau est la S500. Pour trouver un spécialiste accrédité, visitez leur site web.

Mais il y a pire et plus coûteux que des dégâts d’eau propre : Les dégâts d’eau sales, les refoulements, les inondations. Ces types de dégât d’eau nécessitent des nettoyages élaborés et des protocoles encore plus rigoureux. Dans la plupart des cas, vous devez jeter beaucoup de possessions et remplacer plusieurs composantes de votre bâtiment puisqu’elles seront souillées. Encore une fois, cet art ne peut pas se résumer en deux lignes, car il y a plus d’une centaine de points à respecter. La certification S520 de l’IICRC fait état de mesures strictes à prendre en présence de contamination microbienne. Pour trouver un spécialiste accrédité (Mold), visitez leur site web.

Pour éviter les mauvaises surprises contactez dès aujourd’hui votre courtier d’assurance pour savoir qu’elle est votre couverture d’assurance. Quelles sont ces limitations et conditions? Vous est-il possible de profiter d’une meilleure couverture pour un peu plus cher? Dans tous les cas, si vous subissez un dégât d’eau, avertissez le plus rapidement votre assureur et courtier d’assurance et discutez avec lui de l’embauche de l’entrepreneur/nettoyeur après sinistre. Votre assureur devrait vous mettre en communication avec votre expert en sinistre qui vous conseillera et expliquera la marche à suivre. Lors du sinistre vous devrez faire des choix importants : Comme vous bénéficiez d’un montant d’argent de réclamation limité, vous devrez choisir de répartir le montant dans plusieurs catégories : les risques sanitaires, l’état de votre maison, vos meubles, votre linge, etc… Des choix sont plus judicieux que d’autres. Discutez-en avec votre expert en sinistre (agent représentant l’assureur qui s’occupe des sinistrés). N’oubliez pas, la clef du succès, c’est la rapidité.

Si vous avez des difficultés à vous faire indemniser parce que votre assureur ne respecte pas son engagement, demandez conseil à « l’Autorité des marchés financiers » à la « Chambre de l’assurance de dommage ».


Pour plus de renseignements, consultez :
Comment prévenir les inondations au sous-sol SCHL

Pour plus de renseignements, consultez :
Dommages causés par l’eau moisissure et assurance habitation




Retourner au début de l'article